Atelier de danse : déclinaison d'une séance en 6 thématiques

La séance type N°1 : la mise à disposition

Classe de CE1-CE2 de madame Claire YALAMAS - Ecole M. Dormoy de Bellerive sur Allier dans le cadre du projet départemental « S’Allier en Scène : carnet de scène » initié par les CPC du département. Intervenante : Vanessa Blottière, Compagnie L’oeil du Papillon. Corinne Matéos, conseillère pédagogique EPS Vichy 1.

Texte de  Mickaël Bellec ( CPDEPS Allier)  :

Ce module est un ensemble de 6 séances composant un apprentissage en danse sur des compétences définies et avec une finalité claire. Au même titre qu’une séance, le module est composé d’une phase de découverte, une phase de structuration des gestes moteurs et des fondamentaux de la danse, une phase de mémorisation et reproduction des actions dans le but d’une communication finale à autrui. Les élèves vivent les différents rôles : danseur, concepteur, spectateur voire organisateur d’une représentation. Ils apprennent à exprimer leur ressentis et apprennent aussi l’image de leur corps notamment par le truchement de la vidéo.

Si vous regardez d’une traite ces 6 vidéos vous y trouverez certaines redondances car nous utilisons ou réutilisons des images similaires

.

La séance type N°2 : variation autour de l’exploration de l’espace

La séance type N°3 : Variation autour de l’exploration du contact au sol.

La séance Type N°4 : Variation autour de l’exploration du contact à l’autre

La séance type de danse N°5 : points essentiels

La séance type de danse N°6 :  le module de danse

 

La séance type N°1 : la mise à disposition

La mise en mouvement ou mise à disposition correspond à la première phase d’une séance de danse.

La configuration en cercle permet à chacun d’appartenir au groupe. Elle permet aussi un regard facilité sur la personne qui anime.

L’objectif estde permettre à l’élève de prendre conscience de l’axe du corps (position neutre de départ) et à mobiliser chaque partie de son corps autour de cet axe, pour mieux percevoir les notions d’équilibre et de déséquilibre.

L’enseignante agit avec ses élèves. Les consignes sont intégrées par l’élève de manière active en observant ; la correction gestuelle est secondaire, elle s’organise naturellement par l’observation et la synchronisation implicite aux autres dans un premier temps.

Les exercices sont réalisés de manière simultanée pour accentuer l’effet groupe ; chacun est centré sur soi plus que sur l’autre.

Les mouvements deviennent de plus en plus amples avec la mobilisation du regardpour explorer tout l’espace autour de son corps. Au fil de cette phase l’ensemble du corps est mobilisé dans un mouvement continu et fluide.

Le but est donc à travers l’exploration du corps et de l’espace proche, d’enchainer progressivement des mouvements comme l’élève aura à le faire dans un second temps, dans la composition d’une courte phrase dansée.

Selon l’âge des enfants et l’expérience acquise au cours d’un cycle, l’animateur peut être un élève lui-même pour ses camarades.

Classe de CE1-CE2 de madame Claire YALAMAS - Ecole M. Dormoy de Bellerive sur Allier dans le cadre du projet départemental « S’Allier en Scène : carnet de scène » initié par les CPC du département.

Intervenante : Vanessa Blottière, Compagnie L’oeil du Papillon

 

La séance type N°2 : variation autour de l’exploration de l’espace

En passant par quelques exercices lors de la mise à disposition, les élèves explorent l’espace autour de leur corps.

Dans un premier temps, les élèves sont amenés à utiliser le regard périphérique pour se déplacer en occupant tout l’espace de manière fluide sans percuter les autres.

La seconde phase consiste plus particulièrement à explorer les différents espaces et à prendre conscience des appuis par des consignes de déplacements debout et au sol.

Le rappel de la consigne est essentiel, surtout en début d’apprentissage notamment ici en première séance.

Les déplacements au sol en utilisant un chemin rectiligne permettent à l’élève de se recentrer sur un espace précis pour découvrir de nouveaux appuis au sol à travers un déplacement continu.

Le départ en ligne permet aux élèves en attente, d’observer les danseurs qui se produisent à leur intention, de puiser de nouvelles idées et d’entrer dans un premier rôle de spectateur.

 

La séance type N°3 : Variation autour de l’exploration du contact au sol N°3

La mise à disposition en début de séance propose déjà une première approche du contact auavec le sol, les pieds ancrés au sol, la découverte progressive de nouveaux appuis et de la colonne vertébrale à travers l’enchaînement d’enroulés et de déroulés debout et au sol.Les consignes sont définies et l’exécution est peu créative à ce moment.

Dans un second temps des consignes précises amènent les élèves à une phase d’exploration qui permet la création d’un premier répertoire moteur.

Les contraintes apportées dans le travail en lignes amènent l’élève à créer de nouvelles formes de déplacements au sol et à prendre conscience d’une certaine qualité de mouvement(fluide et continue par opposition aux déplacements saccadés).

Ces consignes évoluent au fil de l’apprentissage laissant le temps à l’enfant de son exploration et de son exécution.

Ces orientations d’apprentissage sont reprises en fin de séance lors de l’exécution d’une phrase dansée.

 

La séance Type N°4 : Variation autour de l’exploration du contact à l’autre

Le contact à l’autre peut s’élaborer dans un premier temps par opposition en demandant d’éviter le contact lors des déplacements.

Le travail à deux permet une approche plus intimiste du rapport à l’autre en proposant de manière ciblée sur l’autre des contacts encore furtifs ou peu prononcés.

Il s’agit ici d’induirele mouvement d’une partie du corps de l’autre par un contact léger sur la partie du corps choisie.

Comme dans tout apprentissage et sous l’œil des élèves spectateurs à tour de rôle, la matière dansée produite lors des phases précédentes est reprise dans une démarche de création pour la réalisation d’une courte phrase chorégraphique collective, où chacun a cependant une part de créativité individuelle. Voir vidéo N°2, N°3, N°5.

 

La séance type de danse N°5 : points essentiels

Arrivée des élèves dans l’espace de danse, la tenue vestimentaire permet l’aisance des mouvements. L’exemple est montré par l’intervenant ou l’enseignant.

Après une mise à disposition sur une organisation où tout le monde se voit, place aux découvertes sur une thématique précise.

Ces thématiques en début de cycle s’articulent autour des paramètres de danse (l’espace, le temps, les autres, les énergies, le corps) pour s’orienter sur leur définition plus précise à travers l’expression d’un sens pour l’acteur et le spectateur.

Au cours d’une séance, deux thématiques sont abordées dans des ateliers communs ou séparés (ici en cette première séance la relation à l’espace et au déplacement ainsi que le contact à l’autre), le rapport au CORPS restant intrinsèque à chaque séance.

Des petits retours oraux peuvent jalonner la séance sans prendre toutefois trop de place sur le temps moteur.

Dans une phase ultime, les deux thématiques se rassemblent sous la forme d’une phrase chorégraphique plus ou moins imposée prolongeant les apprentissages dans une réelle production de sens. L’enchainement des actions explorées est fondamental et constitue le cœur d’une production dansée.

Toute séance débutera comme pour toute activité d’EPS par une exposition des objectifs et se clôturera par l’expression des ressentis.

Un travail en classe antérieur et postérieur à la séance peut être tout à fait pertinent pour faire entrer les élèves dans un véritable projet dont ils comprennent le sens et les aboutissements.

 

La séance type de danse N°6 : Le module de danse

Un module de danse est un ensemble de séances composant un apprentissage en danse sur des compétences définies et avec une finalité claire.

Au même titre qu’une séance, le module est composé d’une phase de découverte, une phase de structuration des gestes moteurs et des fondamentaux de la danse, une phase de mémorisation et reproduction des actions dans le but d’une communication finale à autrui.

Les élèves vivent les différents rôles : danseur, concepteur, spectateur voire organisateur d’une représentation. Ils apprennent à exprimer leur ressentis et apprennent aussi l’image de leur corps notamment par le truchement de la vidéo.

.