filtre Filtres
Pourquoi les arguments santé n'incitent pas les adolescents à bouger ?

Pourquoi les arguments santé n'incitent pas les adolescents à bouger ?

Pourquoi les arguments santé n'incitent pas les adolescents à bouger ?

Pourquoi les arguments santé n'incitent pas les adolescents à bouger ?

Fruit du partenariat d'Actibloom avec l'ONAPS (Observatoire national de l'activité physique et de la sédentarité), Martine Duclos, présidente du Comité scientifique de l’Onaps, nous explique pourquoi l'argument santé ne fonctionne pas auprès des adolescents pour les inciter à pratiquer une activité physique ou sportive.

(Martine Duclos est également médecin du sport et physiologiste, professeur des Universités, Praticien Hospitalier, chef du service Médecine du Sport et des explorations fonctionnelles au CHU de Clermont-Ferrand et conseillère scientifique auprès du ministère des Sports.L'ONAPS a pour vocation d'évaluer sur le territoire français le niveau d'activité physique et sportive ainsi que le temps passé à l'activité sédentaire dans la population française.)

Martine Duclos :  " Pour les adolescents,  il est clair que l'argument santé pour les inciter à bouger ne fonctionne pas. Exemple, la récente publicité ayant pour cible les adolescents et visant à les inciter à arrêter de fumer. Ici pour nous adulte l'argument est parlant :  à chaque cigarette fumée vous perdez 4 minutes de vie.

Cependant à l'âge de l'adolescence cela ne marche pas. L'individu à 13 ans se sent immortel. Pour lui, 4 minutes de vie rapportées à l'immortalité, c'est pour le moins peu de chose.

Bref, la santé n'a aucune portée.

 

Il faut au contraire rechercher des actions qui peuvent le toucher. Comme par exemple,  faire de l'activité physique et sportive pour se retrouver avec des jeunes de son âge. Sortir de chez lui et de l'emprise de ses parents. Faire de nouvelles activités, quitte à prendre quelques risques de chute comme les sports de  glisse."

Actibloom : Notre vidéo avec la Fédération Française de Cardiologie et sa récente campagne télévisée en est un bel exemple. La Fédération de Cardiologie montre pertinemment qu'un enfant prend moins de risques à chuter et se blesser qu'à rester assis dans un canapé à jouer à la DS.

Cliquez sur la vidéo co-dessous :

 

Quelles activités pour les filles et les garçons ?

Martine Duclos :  " Pour les filles on peut citer en proposition d'activité physique et sportive,  les activités autour de la danse et de la musique : la zumba, le hip hop.

Chez l'adolescent garçon l'argument sensible du paraitre est vecteur d'engagement de sa part dans une activité de musculation. Travailler et sculpter sa silhouette. Chez la fille se sera plus pour éviter de prendre du poids en modelant également sa silhouette.

Eviter les sports de compétition car cela peut  les dévaloriser.  

Surtout ne pas les obliger à entrer dans un sport au risque de les dégouter.

Le marketing social

Enfin , insuffisamment utilisé en France, le marketing social. Cela consiste à travailler sur les messages.  Ceci est un vrai travail de professionnels. Quels mots employer pour motiver les adolescents ? . Trouver quels sont les mots que ces derniers emploient.

Qu'est ce qu'ils aimeraient entendre ? . Nous avons des résultats étonnant auprès des enfants.  Un travail analogue auprès des adolescent est vivement souhaitable.

Quel est leur avis sur le sport ?, que représente il pour eux ?, quelles sont les barrières à la pratique ?

Afin qu'il soit efficace  faire en sorte que le message ne parvienne pas des adultes mes de leur compères

Qu’est-ce que le marketing social ?

Voici un document bien détaillé de l'Institut National de Santé Publique du Québec

 L’expression « marketing social » est attestée depuis les années 1960 et très largement reconnue comme l’utilisation des moyens et techniques du marketing en vue de solutionner des problèmes sociaux et de santé. Tel que le définit l'International Social Marketing Association : « le marketing social vise à créer et à intégrer des concepts marketing à d'autres approches dans le but d'influencer les comportements bénéfiques sur le plan individuel, collectif et sociétal » (cité dans Lagarde, 2015, p. 174).

Dans cette définition, on note l'importance du terme « bénéfiques ». Une telle orientation en fait un instrument particulièrement indiqué pour soutenir la santé publique.

Certaines campagnes dites de marketing social sont davantage des campagnes de communication sociale, c’est-à-dire qu’elles se limitent à transmettre des messages d’intérêt public au moyen de divers canaux de communication. Suite de l'artcile 

 

 

Ajouter un commentaire